Skip to content

L’Aïd Al-Adha et l’Humanité

26 septembre 2014

Le jour de l’Aïd approche – aux alentours du 5 Octobre 2014. C’est un événement qu’on ne peut résumer au sacrifice d’un mouton. L’Aïd al Adha est une fête pour se rappeler de l’Amour de Dieu. Dans un premier temps, celui que nous Lui portons car nous ne nous sacrifions pas sans Le reconnaître, sans lui obéir en d’autres termes sans l’aimer. Et dans un second temps, l’amour qu’Il nous porte car nous savons qu’Il nous le rend bien.

Je comprends aussi à travers l’acte de sacrifice du mouton que notre situation est comparable à celle d’Ibrahim… En effet, l’épreuve de sacrifier son fils pour l’amour de Dieu est rude certes, mais Ibrahim n’a pas renoncé à la commettre. Les épreuves que nous traversons ici bas, en France ou ailleurs, sont analogues. Face à la maladie, à la mort d’un proche, aux guerres, à la difficulté de nos études, nos engagements pris et même à la tentation de la procrastination il faut agir. Nous devons être à la hauteur de ce que Dieu attend de nous qui n’est pas du tout la fatalité. Défendre l’idée selon laquelle nous sommes incapables d’agir ou qu’il est impossible sous prétexte que Dieu nous a destiné cette épreuve c’est exprimer ses faiblesses, sa paresse. Tous les prophètes avaient une mission à mener, tous ont été pourchassés et menacés de mort. Tous ont rencontrés des difficultés considérables et ont traversés des épreuves malaisées et dangereuses. Malgré cela, aucun n’a abandonné. Nous sommes sur leur pas lorsque nous traversons une épreuve quelle qu’elle soit et nous devons réagir comme ils l’ont fait, avec sérénité, sagesse et confiance en Dieu.

L’Aïd est un rappel annuel qui peut nous faire changer d’état d’esprit en un autre plus jovial pour tout le monde. Cette fête nous demande d’être meilleur que la veille ou l’année précédente. De nombreuses personnes prennent conscience de l’épreuve qu’a dû subir Ibrahim et du retour merveilleux dont Dieu lui a fait grâce. Nous devons donc nous éloigner des personnes qui peuvent être nuisibles et nous entourer de gens qui nous amènerons vers quelque chose de positif. Le fils d’Abraham est un exemple dans cette situation. Sa réaction lorsqu’il apprend l’injonction de Dieu est respectable. »Père, répondit le fils, fais ce qui t’est ordonné. Tu me trouveras, si Dieu veut, parmi ceux qui supportent l’épreuve » Mais l’épreuve est double, elle concerne lui et son père. De même, les épreuves que nous traversons, les difficultés qui nous rencontrons touchent forcément d’autres personnes avec nous. Les membres de nos familles, nos ami(e)s…

En plus de l’enseignement de surmonter les difficultés et souffrances de la vie le message de l’Aïd est qu’il faut se convaincre que la vie est belle. Que ce n’est pas un long fleuve tranquille, certes il faudra ramer et tout le monde peut et sait le faire. Nous pouvons sortir d’une difficulté dans laquelle nous sommes comme les prophètes sont sortis des difficultés qu’ils ont rencontrés. Dieu n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité (Coran II, 286). Dans tous les cas il faut rester modeste et juste dans nos vies et ne pas, à la première difficulté, remettre en cause l’existence de notre Créateur… L’homme ne se lasse pas d’implorer le bien. Si le mal le touche, le voilà désespéré, désemparé. Et si nous lui faisons goûter une miséricorde de Notre part, après qu’une détresse l’ait touché, il dit certainement : « Cela m’est dû ! Et je ne pense pas que l’Heure se lèvera un jour (Coran XLI, 49)

Ce court article a quelques références religieuses cependant, comme l’indique le titre, il peut s’adresser à tout le monde. Je souhaite que tout être, tout lecteur sente une joie de le lire, y trouve un signe, une réponse à des questions, une solution à ses épreuves. Et les difficultés de la vie concernent toute l’Humanité j’irai même jusqu’à dire tout être vivant. Sourions à celui qui n’a pas le morale de sourire… Le bonheur, la bonne humeur, l’optimisme se transmettent. N’hésitons pas à les chercher.

Pour finir, l’acte du sacrifice est tellement susceptible, dans notre société, d’être mis à mal par des personnes qui ne comprennent pas la force de celui-ci que notre patience sera mis à l’épreuve ! On peut dire que l’Aid Al Adha, ou littéralement fête du sacrifice, va au delà du sacrifice de l’animal. L’Aid Al Adha, c’est se sacrifier soi-même, lors des épreuves, pour notre bien, celui de notre entourage et pour Dieu¨.

Est-ce que les gens pensent qu’on les laissera dire : « Nous croyons ! »
sans les éprouver ?
(Coran XXIX, 2)

Sabah

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :