Skip to content

L’EI, Gaza, et les vertus du pluralisme

25 août 2014

L’actualité cet été est particulièrement mouvementée, agitée par nombre de conflits géopolitiques possédant une forte composante religieuse. La violence de ces événements, leur surmédiatisation, et les réactions extrêmes qu’elles ont entraînés, m’ont poussé à exprimer mon humble avis sur le sujet. Voici donc un point de vue « musulman » et critique sur la montée en puissance de l’Etat Islamique (EI) et le massacre de Gaza.

Commençons par l’EI, ce califat de pacotille. Rappelons les faits. Le dimanche 29 juin 2014,  Abou Bakr al-Baghdadi, grand chef de  l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), s’auto-proclame calife et grand chef de la Umma (communauté des croyants). Cet évènement marque le début de l’avancée considérable des djihadistes en Irak, qui aura pour conséquence la destruction de mosquées chiites et soufies, la persécution des minorités religieuse yezidis sous prétexte qu’ils « adoreraient le diable » alors qu’ils pratiquent une religion issue du zoroastrisme qui vénère le grand Paon des Cieux (Melek Tawous), et la mise en place d’un impôt pour les chrétiens, entrainant leur exil quasi forcé dans le Kurdistan – alors que pourtant ces chrétiens vivaient pacifiquement et en harmonie avec les musulmans irakiens depuis des siècles.

Premier point qui me vient à l’esprit : l’hypocrisie de gouvernements occidentaux face à l’EI. Il y a quelques jours à peine, on apprenait  que  les djihadistes de l’EI portaient la responsabilité de l’exécution par décapitation du journaliste James Foley. Or,  en mai 2013, pour ce même enlèvement, l’AFP accusait… le gouvernement de Bachard-el-Assad (information abondamment reprise à l’époque, notamment par Libération qui vient cependant de faire disparaître cet article). Ceci nous prouve plusieurs choses. D’abord, il y a là une flagrante désinformation (volontaire ou involontaire ?). Ensuite, les djihadistes étaient bel et bien présent en Syrie depuis longtemps ! Or, avec les moyens technologiques et les organismes (CIA, service secret) dont nous disposons aujourd’hui, il est impossible de penser que nos gouvernements n’étaient pas au courant. Mais à cette époque, aucun de nos gouvernements ne les a condamnés, ou même fait état de leur existence, alors que de nombreuses sources font état de massacres commis sur le peuple syrien. Pire encore, ces groupes étaient armés et entraînés par nos gouvernements et leurs alliés des pétromonarchies du golfe, puisque ceux-ci étaient inclus à l’époque parmi les « rebelles syriens »

Voilà donc la une flagrante hypocrisie : lorsqu’ils servent nos intérêts, les groupes les plus extrêmes sont considérés comme des amis, armés, financé et entraînés (comme les talibans face aux russes pendant la guerre froide), mais lorsqu’ils se retournent contre nos intérêts (c’est à dire lorsqu’ils menacent le précieux pétrole irakien), ces anciens amis deviennent les pires ennemis. Et pourtant ce sont les mêmes barbares depuis le début : quelle incohérence !

Second point, il est bon de rappeler la condamnation unanime de l’EI et leurs actions sur les chrétiens par les instances musulmanes. Le recteur de la Grande Mosquée de Lyon,  l’OCI ou Tariq Ramadan, RMF, Le «Rassemblement des Musulmans de France» (RMF), l’UMF, L’association «Les Imams de France», la Fédération Musulmane de Gironde, le grand mufti d’Égypte, la ligue arabe, et même (non sans une certaine hypocrisie dans leur cas) le grand mufti d’Arabie saoudite. Autant d’instances musulmanes qui ont condamné sans appel l’EI (et encore je suis loin de les avoir tous cités). Et pourtant, il se trouve encore un Dalil Boubakeur (qui, soit dit en passant, ne représente rien si ce n’est lui même pour la plupart des musulmans en France) pour s’insurger du « silence »  des musulmans… Nul n’est plus sourd que celui qui ne veut pas entendre !

Je terminerai  avec  un avis assez emblématique de la majorité musulmane : en tant que musulman je ne me sens pas du tout (mais alors pas du tout) représenté par l’EI pour lequel je n’éprouve aucune sympathie. Ces gens-là sont des barbares, dont la création et la montée résultent directement des décisions géopolitiques au Moyen-Orient (en Irak et en Syrie). En rien ils ne sont représentatifs de la tradition musulmane, car leur interprétation des textes, totalement fantaisiste,  diffère complètement de celle des écoles de jurisprudence connues et reconnues du monde musulman. Ces gens-là sont la honte de l’Islam. Leur califat de pacotille n’existe que dans leur esprit malade, et ne reflète que leur inculture de leur propre tradition, et leurs perversions des textes.

Venons-en à Gaza… Appelons un chat un chat, ce qui s’y passe n’est ni plus ni moins qu’un massacre. Les Israéliens disposent d’une des armées le plus puissantes au monde, avec des moyens considérables alors que les Palestiniens, eux n’ont ni nation ni armé. 2000 morts palestiniens et 10 000 blessés, majoritairement civiles, femmes et enfants, contre une soixantaines de militaires israéliens. Des écoles, des hôpitaux, des mosquées détruites dans ce qui est l’un des endroits les plus densément peuplés au monde. Tout ça pour quoi ? Pour punir les Palestiniens de quelques roquettes qui n’ont quasiment fait aucun mort… Quelle disp11roportion ! Comme si, quelques voyous décidant de lancer des  roquettes à Marseille, François Hollande décidais de riposter en  bombardant la ville et ses habitants… !

N’oublions pas que  Gaza vit sous un blocus permanent depuis plusieurs années, ce qui empêche ses habitants d’avoir accès au minimum vital, et les contraints à ne survivre que grâce à la contrebande. Le blocus gêne toute activité commerciale, ce qui ralentit considérablement l’économie gazaoui (40 % de chomage, 70 % sous le seuil de pauvreté). Privés d’économie, privée de patrie, ils doivent en plus vivre derrière un mur de séparation et circuler à travers d’innombrables check-points, et autres humiliations… Toutes ces injustices au nom de la lutte contre le terrorisme ? Mais justement, n’inversons pas les rôles : ce sont ces injustices qui ont pour conséquence que certains se révoltent, et décident de lancer des roquettes de protestation… car les droits élémentaires des palestiniens sont bafoués! Il y a bien là un agresseur et un agressé…Il ne peut y avoir de paix sans justice !

La rhétorique israélienne voudrait rendre le Hamas responsable de tous les malheurs du monde… comme si c’était le Hamas qui avait tué 2000 personnes ! À force de faire passer les Palestiniens pour des terroristes, on les déshumanise, et alors s’en suit l’indifférence face à l’inacceptable. Lorsque le 11 septembre avait eu lieu faisant 2000 victimes, on avait condamné unanimement al-Qaeda (à juste titre), fait des minutes de silence. Et là, quand c’est 2000 Palestiniens qui meurent, pas de condamnation, pas de minute de silence, et pire on essaye de justifier cela au nom de la pseudo-lutte contre le Hamas ! La vie de 2000 Palestiniens n’a elle pas autant de valeur que celle de 2000 Américains ?

Pourquoi nos médias ne mettent-ils pas en avant les institutions juives telle l’Union des Juifs pour la Paix qui a condamné les exactions d’Israël, ou les intellectuels juifs qui s’y opposent (Noam Chomsky, Stephen Hessel) ? Ces voix sont importantes, car elles permettent de bien montrer qu’il y a une différence entre les juifs, et la politique de l’État d’Israël. Or, c’est la politique d’un état que l’on doit critiquer, pas ses habitants, et pas non plus « les juifs ». Ne sombrons pas dans l’antisémitisme primaire !

Terminons cet article sur un appel à la Paix. Et si l’actualité récente, était l’occasion pour chacun de nous de méditer et de nous remettre en question, afin de ne pas importer ces conflits dans nos sociétés? Plutôt que de nous diviser, de crier les uns sur les autres, au contraire,  rassemblons-nous atour de valeurs communes, qui forment l’essence de chacune de nos traditions religieuses.  La pluralité de nos sociétés ne doit pas devenir un motif destructeur. Il faut aller au-delà de notre peur et de nos préjugés respectifs, sur « l’autre », que celui-ci soit musulman, juif, chrétien, bouddhiste ou autre. Dialoguer, écouter notre prochain permet d’apprendre les uns des autres. Il est possible, à condition d’en faire l’effort, que les cultures et civilisations judéo-chrétienne et islamique se rassemblent, pour construire ensemble, interagir et collaborer afin d’enrichir notre société, et créer des ponts entre les apparentes divisions. Alors la diversité deviendra un facteur de force et de richesse.

La tolérance, l’entraide, la bonne entente, peuvent devenir une force puissante et positive, permettant à chacun d’entre nous d’élargir nos horizons–et d’enrichir nos vies. Parmi ses recommandations à ses fils Hassan et Hussein, ‘Ali ibn Taleb leur a dit : « Veillez toujours à vous entendre et à vous entraider. Gare à la dissension et l’inimitié ; […] Réconcilier les esprits est préférable à toute prière et à tout jeûne. »

Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle,
et Nous avons fait de vous des nations et des tribus,
pour que vous vous entre-connaissiez
(Coran XLIX, 13)

 Musashi974

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :