Skip to content

Messieurs les politiques, taisez-vous !

11 mars 2014

La semaine dernière, François Hollande a voulu revenir sur les assassinats commis par Mohamed Merah. Et de déclarer, sans sourciller : « C’est le fanatisme et non l’islam, qui a guidé le bras assassin de Merah à Toulouse et à Montauban lorsqu’il a abattu Jonathan, Gabriel, Arieh, Myriam, Imad Ibn Ziaten, Mohamed Legouad et Abel Chennouf. Quatre juifs, trois musulmans. Tous Français »

Certes, le président français n’a pas redit « Abdel » plutôt qu’Abel, comme en novembre 2012. Mais cette année, voilà qu’il décrète qu’Abel Chennouf était musulman. Révélant à quel point il ne se soucie en réalité absolument pas des personnes qu’il cite. Aussi ne peut-on que comprendre ce cri du cœur d’Albert Chennouf dans une lettre ouverte, samedi dernier : « Mon épouse Katia, Tony et Sabrina mes enfants et moi-même, nous nous élevons et condamnons fermement votre inculture, votre agression verbale et votre mépris vis-à-vis de notre enfant Abel Samy Arnaud, qui est catholique de son état et non musulman »

Le discours officiel publié sur le site de l’Elysée a été corrigé depuis : « quatre juifs, deux musulmans, un catholique, sept Français » ; mais la vidéo reste… Et la blessure aussi.

Car nous sommes face à bien davantage qu’un lapsus. Ce n’est pas la première fois que la religion d’Abel Chennouf est placée sous le feu des projecteurs médiatiques. Déjà, pendant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy avait déclaré sur France Info : « Je rappelle que deux de nos soldats étaient – comment dire ? – musulmans, en tout cas d’apparence, puisque l’un était catholique. D’apparence… Comme on dit : de la diversité visible. Et ça serait particulièrement odieux cet amalgame parce que deux Français musulmans ont été assassinés, parce que soldat, par Mérat »

A l’époque, le PS avait bondi. Ainsi, un certain… Jean-Marc Ayrault nous déclarant que « le dérapage, volontaire ou involontaire, de Nicolas Sarkozy parlant d’individus d’apparence musulmane renvoie à notre Histoire, à une Histoire tragique, à une époque où on ne parlait pas d’apparence musulmane mais où on aurait parlé d’apparence juive » ; ou encore le communiqué officiel sur le site de campagne d’un certain… François Hollande, où l’on peut lire : « Il n’y a pas de couleur de peau qui implique nécessairement une religion, une identité, un socle de valeurs. A quoi bon enfermer nos concitoyens dans des cases, en fonction de ce à quoi ils ressemblent ? Imagine-t-on dire que celui-ci a une «apparence catholique» ou que cet autre «ressemble à un athée» ? La République ne reconnaît aucune apparence. Il serait temps que Nicolas Sarkozy s’y fasse et qu’il cesse d’utiliser des mots qui divisent » ; et de titrer : « M. Sarkozy, maitrisez vos paroles ! »

Sage conseil que l’on voudrait aujourd’hui souffler à l’actuel président français… Ainsi qu’à toute la machine politico-médiatique, comme vient de le redire l’aumônier d’Abel Chennouf : « Le 15 mars 2012, voilà presque deux ans jour pour jour, Abel Chennouf et Mohamed Legouad rendaient leur dernier souffle entre mes mains, lâchement assassinés par le terroriste Mohamed Merah. C’est dire si la polémique issue des propos du Président de la République, François Hollande, devant le CRIF, m’a touché (…) Lors des célébrations religieuses des obsèques, déjà nous avions été heurtés par la différence de traitement : aucune représentation nationale à la messe pour Abel Chennouf (pourtant célébrée par deux évêques) ; aucune représentation officielle même locale à Manduel pour sa mise en terre (…) Et voilà que deux ans après, il semble qu’aucune leçon n’ait porté, du moins chez les politiques (…) Par leurs maladresses coupables et répétées, politiques et journalistes, interdisent non seulement l’instauration de la paix dans le deuil, mais pire encore, ils retirent aux victimes de Merah, l’exemplarité dont elles sont le symbole : juifs, musulmans ou chrétiens : tous Français, tués par un terroriste qui haïssait la France en ce qu’elle a de meilleur : cette capacité à transcender les origines et les religions pour donner à chacun la possibilité de l’aimer, de la faire sienne et par là de se mettre au service du Bien commun »

Dans sa récente lettre, Albert Chennouf le redisait : « Je vous saurai gré de ne plus citer le prénom de mon fils, laissez-le dormir en paix » ; durant la campagne présidentielle, son cri de douleur fut encore plus direct : « J’ai envie de lui dire, au président de la République : Taisez-vous, mais taisez-vous donc ! Il n’y a que des soldats. Français. Pas des musulmans, ni des juifs, ni des catholiques »

…Et de me joindre à ce cri, moi dont la souffrance face à cette tuerie, réelle, je l’écrivais à l’époque, est pourtant si infime face à celle des proches des victimes. Et de dire à mon tour : « Taisez-vous ! Assez, de cette fausse compassion pour des personnes dont vous vous moquez ! Assez, de cette déshumanisation au profit de vos stratégies de com’ ! Laissez-nous ! »

Mme Ibn Ziaten, que j’ai déjà eu l’honneur de rencontrer, étant membre de son association (pour adhérer, c’est ici), a le droit de parler.  M. Sandler a le droit de parler. Mme Sandler a le droit de parler. Mme Legouad et M. Chennouf ont le droit de parler. M. Monsonego a le droit de parler. Tous les proches des victimes ont le droit de parler.

Sans oublier les deux victimes survivantes : Loïc Liber, aujourd’hui tétraplégique, et Bryan Bijaoui. Eux sont en droit de parler.

Mais vous, messieurs les politiques, qui n’y voyez qu’un faire-valoir de plus, taisez-vous !

Ce que dit la bouche,
c’est ce qui déborde du cœur 
(Mt XII, 34)

Assurément, j’ai voué un jeûne au Tout Miséricordieux :
je ne parlerai donc aujourd’hui à aucun être humain
(Coran XIX, 26)

SEIGNEUR, mets une garde à ma bouche,
surveille la porte de mes lèvres
(Ps CXLI, 3)

par Ren’

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :