Skip to content

« Il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie »

4 décembre 2012

Cette semaine, je suis entré dans le temps de l’Avent. Et mes enfants ont commencé à déplacer des santons sur ce parcours étoilé que j’ai déjà évoqué sur ce blog. Et à prier avec moi, chaque soir, pour « les mamans qui ont des bébés dans le ventre » et « les papas qui sont dans le froid dehors » (l’auteur présente à qui voudra toutes ses excuses pour les stéréotypes sexistes de cette prière spontanée d’enfants… Là n’est pas son sujet, comme l’indique mon titre tiré de l’évangile de la Nativité)

Cette semaine, C. Duflot, ministre EELV du Logement, vient de déclarer dans une interview qu’il lui « semblait » que « l’archevêché de Paris possède des bâtiments quasi vides » et qu’elle « venait de leur écrire pour voir avec eux comment utiliser ces locaux ». Dans cette lettre, nous pouvons lire qu’elle « sollicite l’implication » de l’Archevêque, signalant que, « comme le Secours Catholique vient de le rappeler (…) la pauvreté progresse dans notre pays », pour « mettre à disposition des locaux, soit à titre temporaire, soit à titre pérenne ».

Le jour même, C. Gazeau, en charge de la solidarité au diocèse de Paris, a réagi : « Nous avons des contacts étroits avec la DRIHL (Direction Régionale et Interdépartementale de l’Hébergement et du Logement) et Mme Duflot ne peut pas l’ignorer (…) Depuis 4 ans, le cardinal Vingt Trois nous a demandé d’être très mobilisés sur cette question, et nous avons créé des lieux d’accueil dans 26 paroisses parisiennes dans le cadre de l’opération Hiver solidaire (…) Dans les paroisses, des centaines de personnes sont mobilisées pour un accueil (jusqu’à 50 personnes pour 4 accueillis à la paroisse de l’Assomption-Passy, à Saint Vincent de Paul) » ; et l’entourage de Mgr Vingt-Trois de pointer : « Mme Duflot fait comme si l’Eglise ne faisait rien. Avec le Secours catholique et d’autres associations, les chrétiens de Paris et d’ailleurs ne l’ont pas attendue pour agir ! »

De fait, le même journal qui relaie les propos de C. Duflot donnait dès le mois dernier l’exemple de la mobilisation catholique en Seine-St-Denis ; et de citer ce responsable qui expliquait que « les salles paroissiales peuvent répondre, temporairement, à des situations d’urgence (…) Mais nous aurons besoin tout de même d’un soutien logistique de l’Etat, car nous n’avons pas de lits par exemple ». Et l’on pourrait citer des initiatives comparables à Parisà Lille, à Lyon

C. Duflot n’a sans doute fait que montrer son manque de maîtrise face à ce sujet, tout en cherchant à marquer les esprits, son évocation de la « réquisition » faisant écho à la « nationalisation » brandie il y a peu par son collègue A. Montebourg (PS), tout comme son « choc de solidarité » fait écho au « choc de compétitivité » qui faisait la une des médias il y a peu. Interrogé sur RTL, Mgr Dubost pointait avec raison cette volonté du « choc des mots » ; ajoutons qu’elle est malheureusement typique de notre médiacratie postmoderne, où seul l’impact émotionnel compte, qu’aucun discours rationnel ne peut compenser…

Parlons-en, des mots ! Quand, interpellé sur des sujets comme l’hébergement des sans-abris (mais aussi la faim dans le monde, le SIDA…), un catholique répond en montrant telle ou telle action du Secours Catholique (ou de toute autre organisation chrétienne caritative), la réponse la plus courante est comme ce commentaire d’un internaute : « les associations catholiques humanitaires ne sont pas de l’Eglise, elles sont juste crées et fonctionnent avec des catholiques »

De son côté, Mgr Dubost précisait sur RTL : « L’Eglise, c’est un mot générique, mais dès qu’on arrive à des questions de propriété, il faut savoir qui est propriétaire. Le propriétaire, il y en a 3 types : les communes ; (…) les diocèses ; (…) les congrégations religieuses ». A quels locaux C. Duflot fait-elle référence lorsqu’elle s’adresse à l’archevêché, et donc au seul diocèse ?

Il « semblerait » que la source de sa remarque soit un article du Canard Enchaîné au sujet des biens immobiliers des communautés religieuses. Dans l’esprit de tous, visiblement, les associations catholiques, ce n’est pas l’Eglise, mais par contre, les communautés religieuses, oui. Le tout dans un tableau que Golias synthétise avec son habituel sens du lieu-commun : « L’Eglise, ses monastères et congrégations s’accrochent à des privilèges d’un autre âge »

Mais d’où vient-il, ce mot « Eglise » ?

Contrairement à la dénomination de « chrétien » qui vient de l’extérieur (C’est à Antioche que, pour la première fois, le nom de « chrétiens » fut donné aux disciples > Ac XI, 26), le mot « Eglise » est pour nous un terme prononcé par le Chrit (Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise > Mt XVI, 18).  L’Eglise est corps mystique du Christ (Col I, 18), et chaque baptisé est un membre de ce corps (Ga III, 27).

La difficulté, évidemment, c’est que cette perception du mot « Eglise » est purement interne aux chrétiens. Elle n’a pas d’existence légale dans le droit français.

Mais d’un autre côté, les personnes qui refusent d’inclure les associations catholiques dans leur vision du terme « Eglise » se réfèrent elles-aussi à une vision qui n’a plus aucune existence légale depuis la chute de l’Ancien Régime.

Il faudrait accepter de faire « deux poids, deux mesures » en interdisant aux chrétiens d’utiliser leur définition d’un terme qu’ils utilisent depuis l’origine, tout en permettant de s’offrir une définition ne correspondant à aucune réalité légale ?

En ce qui me concerne, qu’importe ! Je continuerai, comme tant de catholiques anonymes, en membre de l’Eglise du Christ, à faire ce qui est à ma portée localement pour mes frères dans le besoin, et à prier pour eux tous avec mes enfants, devant cette crèche qui est aussi symbole d’hébergement de fortune.

Mais ce n’est pas de moi dont il est question, mais des personnes qui sont actuellement sans logement, et des solutions concrètes qu’il faut leur apporter. Je n’ironiserai donc pas sur les 14 châteaux que des syndicats pourraient mettre à la disposition de C. Duflot, ou encore sur le vaste parc immobilier de l’Etat actuellement inoccupé… Je préfère rappeler que le plus important, c’est de progresser vers des solutions constructives. Car les querelles idéologiques ne doivent pas nous faire perdre de vue les personnes bien réelles qui pendant ce temps sont en souffrance.

L’Eglise -au sens chrétien du terme- fait déjà beaucoup. L’Eglise peut faire plus, comme tout le monde. Mais comme le rappelle l’archevêché de Paris, « la difficulté n’est pas dans la recherche des locaux, quoiqu’ils soient déjà largement occupés, mais dans l’appel des bénévoles. Il ne s’agit en effet pas seulement d’ouvrir des portes, mais aussi d’accueillir des personnes et d’être là avec elles ». La réhabilitation de locaux monastiques pour accueillir des logements sociaux, comme c’est le cas à Notre-Dame de Jouarre, demande du temps et des moyens financiers. Surtout quand l’Etat impose des normes légales de plus en plus restrictives. Un responsable de la Conférence des Evêques de France rappelle cette simple évidence : « Les locaux (…) des congrégations religieuses ne sont pas forcément adaptés à l’accueil de SDF. Comment demander à 10 religieuses de plus de 75 ans d’ouvrir leur maison ? »

Si réellement c’est le sort des sans-logis qui nous préoccupe, oeuvrons tous, ensemble pour chercher des solutions, chacun à notre niveau. Et mes enfants, sensibilisés à la question du mal-logement par leur petite crèche avec ses animaux, pourront peut-être, alors, comprendre ce passage du choeur des anges, la nuit de Noël :

Paix sur la Terre !
(Lc II, 14)

par Ren’

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :