Skip to content

Vieux-Marché, tradis, cardinal et heurts…

29 juillet 2011

Prenons le temps de la pause estivale pour réveiller un peu notre blog mis en sommeil depuis la Pentecôte. Une pause estivale que j’avais mise à profit pour effectuer mon pèlerinage islamo-chrétien annuel à Vieux-Marché.

Le but de cet article n’est pas de présenter ce petit pardon breton et sa greffe musulmane : je l’ai déjà fait sur mon blog personnel. Mais un événement inhabituel s’y est produit, qui mérite à mon sens qu’on s’y attarde, plutôt que de l’évacuer totalement.

Du point de vue du Vatican, l’événement était la présence, cette année, d’un cardinal : Mgr Barbarin, archevêques de Lyon et primat des Gaules, a présidé la messe du dimanche, développant dans son homélie sa vision de la miséricorde comme mot-clef du dialogue entre juifs, chrétiens et musulmans.

Mais l’incident sur lequel je vais m’arrêter ici -sans doute lié à la médiatisation des Sept Saints du fait de la présence du cardinal- est tout autre.

Chaque année, l’événement islamo-chrétien se termine avec une « causerie » à la chapelle, dans le courant de l’après-midi. Entre la fin de la messe et ce temps de partage, les pèlerins entrent prier, parfois avec un accompagnement musical joué par des musiciens présents…

Cette année, pas de musique, mais un petit groupe de jeunes, agenouillés devant la clôture du chœur, filles voilées, meneur cravaté, récitant le Rosaire… Pour la conversion des musulmans.

Cette action ostentatoire n’a pas manqué de me rappeler cet incident que j’avais évoqué sur notre forum, encensé par la FSSPX, et ainsi présenté par l’un de ceux qui y avait participé : « En ce dimanche de la Passion 21 mars, Mgr Vingt-Trois avait invité à Notre-Dame pour une conférence de carême le rabbin Krygier (…) Aussi, avions-nous décidé, Civitas, le MJCF et les Jeunes de Saint-Nicolas de ne pas laisser passer ce scandale (…) Arrivés une bonne heure environ à l’avance, nous nous étions placés devant (…) Nous laissâmes Mgr Vingt-Trois faire sa présentation, puis dès que ce fut fini, le responsable choisi par les trois groupe se mit debout et dit d’une voix forte «chers catholiques, je vous invite à réciter le chapelet en réparation de ce scandale». Et à ce moment la cinquantaine de fidèles traditionnels présents entonna posément mais d’une seule voix forte le chapelet, puis après la première dizaine le Christus Vincit et «Vive Jésus, vive sa croix» ceci pendant une bonne dizaine de minutes (…) Nous allâmes ensuite continuer notre chapelet à l’extérieur (…) Nous étions tournés vers Notre Dame en réparation et pour la conversion des juifs »

La démarche à Vieux-Marché était similaire… Et je ne cacherai pas avoir eu une crainte de voir cette similitude poussée jusqu’à tenter d’empêcher la fameuse « causerie » à laquelle devait participer Mgr Barbarin.

Tel ne fut heureusement pas le cas, le groupe terminant sa prière ostentatoire à un horaire tout à fait respectueux des contraintes du sonorisateur chargé de préparer le matériel pour le temps d’échange prévu. Alors qu’à Notre-Dame, la volonté affichée était d’empêcher un rabbin de s’exprimer, ici, nulle tentative n’a été faite contre les quelques intervenants musulmans. Le petit groupe s’est retiré en bon ordre pour se placer à l’entrée de l’enclos paroissial et proposer deux ouvrages : « Vatican II – L’Eglise à la croisée des chemins » et « Chrétiens, musulmans, avons-nous le même Dieu ? »

Les lecteurs de mon blog personnel se diront peut-être que le deuxième ouvrage m’a poussé à entrer dans un débat déjà entamé ici et . Mais voilà : j’étais en pèlerinage, et faisais donc un « jeûne de la polémique ». Remettant ce débat qu’ils semblent tant apprécier à plus tard, j’ai préféré m’enquérir de l’identité de nos jeunes provocateurs… Apprenant ainsi que j’avais eu parfaitement raison de faire le rapprochement avec l’incident des Conférences de Carême, puisqu’il s’agissait de membres du MJCF, qui dans un communiqué justifiait ainsi sa démarche d’alors : « Le Cardinal Vingt-Trois demande à un ministre d’une religion qui nie la divinité de Jésus-Christ, de venir instruire des chrétiens (…) Cette attitude (…) est un scandale contre Jésus-Christ mort sur la Croix pour sauver nos âmes. Elle est méprisante pour les non-chrétiens à qui nous devons annoncer l’Evangile. Enfin, elle est incompréhensible pour nous autres fidèles qui demandons le pain de la Vérité pour nos âmes. Ce geste constitue une douloureuse illustration du retournement opéré par le Concile Vatican II, véritable révolution dans l’Eglise. Nous ne pouvions faire autrement que de témoigner ainsi notre stupeur en offrant notre prière et nos cantiques à la Vierge Marie, Mère de Dieu, et en professant publiquement notre Foi Catholique (…) Nous avons voulu rappeler les Vérités que l’Eglise, à la suite des Apôtres, a toujours enseignées et qui sont aujourd’hui contredites par nos pasteurs, trop soucieux qu’ils sont de plaire à ceux qui refusent Notre Seigneur Jésus-Christ »

Je n’ai pour l’instant trouvé aucun écho sur l’action menée à la chapelle des Sept Saints ; peut-être dans la prochaine « Lettres aux Amis et Bienfaiteurs du MJCF » ? Je pense cependant que le rapprochement avec l’action de mars dernier est déjà éclairant ; et quand on se remémore les « exploits » de ce mouvement depuis deux ans à Laval, Nantes et Brest, je me dis que cette prière ostentatoire et la question polémique lancée à Mgr Barbarin lors de la « causerie » qui a suivi (en résumé : « un ami protestant converti à l’Islam m’interroge sur le fait que les catholiques, en n’appelant pas à convertir les juifs, sont des relativistes ») n’ont été qu’une moindre gêne. Et, blasé, je ne rejoindrai pas cet habitué de notre « causerie » annuelle qui, agacé, n’avait pu s’empêcher de demander à notre jeune polémiste de sortir : artisan du dialogue, j’estime qu’il serait tout de même gênant de nous enfermer –au propre et au figuré- dans « notre » chapelle ! Certes, ce meneur de la MJCF tentait de débattre, alors que ce n’est traditionnellement pas ainsi que fonctionne la « causerie » des Sept Saints, qui est plutôt orientée sur la notion de partage de témoignages, et où le temps limité a toujours conduit les membres de l’assistance à restreindre par politesse leur temps de parole pour pouvoir la laisser à d’autres. Mais le non-respect de cette règle tacite n’avait pas dépassé les bornes, et dialoguer en vérité ne se fait pas selon moi dans l’exclusion des points de vue qui dérangent.

Au fond, ce qui me pose problème, c’est tout d’abord le manque d’honnêteté du MJCF qui n’avoue pas d’entrée de jeu son affiliation à un mouvement schismatique qui, en refusant Vatican II, se place par rapport à l’Eglise comme le firent les « Vieux-catholiques » en refusant Vatican I. Et puis, surtout, ce point déjà soulevé par un autre blogueur auquel je dois le titre de mon billet : comment peut-on instrumentaliser le Rosaire en en faisant une manifestation à visée provocatrice ?

Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites
qui aiment faire leurs prières debout dans les synagogues et les carrefours,
afin d’être vus des hommes.
En vérité, je vous le déclare : ils ont reçu leur récompense.
Pour toi, quand tu veux prier, entre dans ta chambre la plus retirée,
verrouille ta porte et adresse ta prière à ton Père qui est là dans le secret.
Et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra

(Mt VI, 5)

par Ren’

Publicités
13 commentaires leave one →
  1. Roque permalink
    29 juillet 2011 1:30

    J’ai eu peur que ce soit venu du coté musulman. Mais puisque c’est venu du coté des intégristes catholique, je ressens ça comme « moins grave ». Je veux dire qu’on les connait un peu maintenant. Leur capacité de nuisance se limite à 30 minutes de chapelet, comme lorsqu’ils ont essayé d’empêcher le rabbin de parler à Notre Dame de Paris. Il faut attendre que ça passe et ne pas fléchir. Ca c’est se que je ressens, je conçois que pour les musulmans ça soit ressenti « moins bien ». Enfin … ayant eu un contact avec la Contre Réforme Catholique car je suis parvenu a acheter le 3ème tome de la Traduction du Coran par le Frère Bruno Bonnet Eymard. A l’occasion, j’ai reçu un exemplaire de leur revue. J’ai été effaré leurs attaques violentes contre l’Eglise de Vatican II. Il n’est pas exagéré de dire qu’ils sont en « croisade » contre le reste de l’Eglise catholique. Ils se considèrent comme les seuls vrais chrétiens restant dans le monde.

    • 30 juillet 2011 8:36

      A Laval, les débordements ont été plus loin… Quant à l’aspect « on les connait un peu maintenant », il ne faudrait pas oublier que ce « on » ne désigne que les catholiques informés ; la grande majorité des gens ne sait pas faire la distinction entre ces personnes se revendiquant catholique tout en refusant le dernier concile, et les catholiques fidèles à l’Eglise…

      Au passage, j’ai enfin trouvé un écho de la présence de Mgr Barbarin sur le site de la FSSPX : « La presse bretonne, comme en 2010, se fait l’écho d’une apostasie publique… » cf
      http://www.laportelatine.org/formation/compromissions/messe_et_coran2011_barbarin.php

  2. 2 août 2011 5:04

    Il est toujours plus facile de détruire que de construire, de gâcher un événement que de l’organiser. Ce que je dis là n’est peut-être pas très consolateur, mais cela doit nous inciter à continuer, sans relâche, à vouloir la paix et le dialogue plutôt que la peur et la haine de l’autre ; à voir Dieu en chacun plutôt qu’un affreux démon qui nous éloignerait d’une hypothétique « pureté ».

  3. 8 août 2011 8:43

    Rappel aux visiteurs venus de http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=604147 : vous êtes libre de venir vous exprimer sur ce blog -voire même sur notre forum http://dialogueabraham.forum-pro.fr/

  4. Alba permalink
    8 août 2011 10:10

    Bonjour,
    je ne me ferai pas prier, alors !
    Je ne suis pas moi-même membre de la FSSPX, mais néanmoins je trouve que sur bien des points, ils posent de bonnes questions (bonnes et surtout taboues, parce que pas assez politiquement correctes). Vous parlez de fidélité à l’Eglise. Avez-vous déjà lu « Dominus Jesus » ? C’était après le Concile, non ? Je me demande aussi ce que des personnes fort autorisées car connaissant très bien le sujet de l’Islam tels que le père Henri Boulad, Annie Laurent par exemple, penseraient d’un tel « oecuménisme ». Ces efforts vers la paix sont fort généreux, je m’y suis aussi laissée prendre longtemps. J’ai fait un pas
    vers des musulmans, pacifiquement; mais tout ce que j’ai pu voir et entendre de leur part
    (hors-médias, donc sans auto-censure), m’ont tout à fait soignée de cette illusion : nous sommes des infidèles, des mécréants, bons à brûler, bons à être des dhimmis ou des convertis; ce n’est qu’une question de temps. Le père Boulad a averti déjà bien des fois, mais on ne l’écoute pas. Nous sommes en train de nous conduire nous-mêmes comme des dhimmis et ce genre d’acte de la part d’un évêque est certes bon pour la « diplomatie », mais surtout une forme de tromperie où on entraîne les fidèles. C’est grave, c’est gravissime…
    Il se peut que dans 20 ans, ce qui troublera des messes dans des cathédrales, ce ne soit plus d’innocents chapelets (auxquels vous pouviez d’ailleurs vous joindre, au lieu d’attendre que « ça passe »), mais… un peu autre chose. La bonne nouvelle est qu’on peut très bien voir Dieu en chacun sans plaisanter avec le salut des âmes (terme un peu oublié depuis bientôt 50 ans…) : Amour et VERITE !

    • 8 août 2011 1:42

      Demat, bonjour !
      Et tout d’abord, merci d’être venu vous exprimer sur ce lieu de dialogue ouvert à tous, nous permettant ainsi d’échanger directement.

      Quitte à s’interroger mutuellement sur ce que nous avons lu, permettez-moi de vous renvoyer cette question : avez-vous lu tout ce que Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI ont pu dire sur les questions qui nous intéressent ? Là aussi, allons-nous lancer cette accusation passe-partout du « politiquement correct » ?

      La démarche de Vieux-Marché, lancée au début de la guerre d’Algérie, est une démarche de convergence sans le moindre syncrétisme, tout comme la démarche lancée par Jean-Paul II à Assise, qui -avec le soutien de Benoît XVI- va fêter ses 25 ans cette année au grand dam de la FSSPX : http://www.anniversaireassise25.fr/

      Quant à Mgr Barbarin, nulle « dhimmitude » en lui. Vous savez, il a par exemple commencé cette fameuse « causerie » en nous disant que l’un des premiers sujets qu’il avait abordé avec Azzedine Gaci était le problème des difficultés rencontrées par les musulmans voulant se convertir au catholicisme… Simplement, le cardinal ne rentre pas dans les outrances des islamophobes.

  5. Yves labbé permalink
    8 août 2011 3:27

    Si le cardinal Barbarin a marqué de sa présence comme de sa parole le dernier pèlerinage des Sept Dormants au Vieux-Marché, l’eucharistie a été présidée, le dimanche matin comme le samedi soir, par notre nouvel évêque, Denis Moutel. Les diocésains de S. Brieuc et Tréguier y ont été également sensibles.

    Ayant eu à « modérer » l’échange de l’après-midi à la chapelle, je n’avais pas eu connaissance de la récitation préalable du chapelet par un groupe identifié MJCF. Si j’avais remarqué une présence inédite de militants, je ne m’en étais nullement inquiété, ayant eu naguère à gérer des situations incomparablement plus explosives.

    Le « porte-parole » du MJCF s’est exprimé au cours des échanges et même par 2 fois. S’il me semble avoir souhaité qu’on en reste là, les objections avancées nous ont valu des réponses fort remarquables du cardinal Barbarin. Ainsi tout le monde y a finalement gagné. La controverse n’a pas été vaine.

    Le plus regrettable serait d’oublier les témoignages antérieurs des deux musulmans assis à la « table ronde ». Chacun a dit avec simplicité et sincérité comment il avait rencontré l’hospitalité catholique. On ne saurait davantage oublier le témoignage ultérieur d’une chrétienne mariée à un musulman. Elle a exprimé avec émotion ce qu’elle avait reçu comme cadeaux spirituels.

    Le temps est à la liberté de parole et c’est heureux. Un débat interne au monde catholique ne saurait toutefois marginaliser, encore moins stigmatiser, les relations islamo-chrétiennes et leur longue tradition au Vieux-Marché. Les échos positifs reçus de la dernière rencontre se sont révélés particulièrement encourageants. Si beaucoup se sont réjouis (avec moi) des fortes paroles et de la présence conviviale du cardinal Barbarin, les acteurs de la rencontre y ont été nombreux, depuis le colloque associatif du samedi après-midi sur la fraternité jusqu’à l’échange interreligieux du dimanche soir dans la chapelle.

    Ceux qui sont attachés à l’oeuvre du concile Vatican II s’en réjouissent, non sans essayer aussi d’écouter les autres et de s’entretenir avec eux. Les nombreuses photos prises lors des deux journées semblent le confirmer.

    Yves Labbé,
    Prêtre de l’Eglise qui est à Saint-Brieuc et Tréguier
    Délégué diocésain au dialogue interreligieux
    Ancien professeur à l’Université de Strasbourg

    • 8 août 2011 3:34

      Je vous remercie de votre témoignage, et espère vous revoir l’année prochaine… Voire avant ? Je discutais en effet avec Henri de l’éventualité de proposer un « café-couple » du GFIC ( http://gfic.net/ ) dans votre diocèse… Affaire à suivre ?

    • JEAN permalink
      24 août 2011 9:16

      « Le temps est à la liberté de parole »

      Si c’était vrai ce serait, effectivement, « heureux ». Vous y croyez vraiment ou vous voulez le faire croire ? Certains spécialistes chrétiens de l’islam qui n’ont rien à voir avec la FSPX sont systématiquement marginalisés dés qu’ils sont critiques avec la ligne très politiquement correcte(au sens strict du terme) que vous prétendez être celle de Vatican II.
      Des musulmans convertis qui critiquent aussi l’islam deviennent gênants et leur conversion, elle même, parait incongrue.
      Quant aux chrétiens assassinés ils dérangent un agenda très politique tel cet évêque italien primat de Turquie juste avant une visite de Benoit XVI à Chypre dont l’assassinat a été rapidement balayé sous le tapis et très vite qualifié d’affaire crapuleuse….

      Non vous plaisantez. Vous ne convaincrez que des militants….
      Je comprends que vous fuyiez les vrais débats et ….la liberté de parole

      • 24 août 2011 7:30

        A la façon dont certains sont qualifiés de « spécialistes chrétiens de l’Islam » juste parce qu’ils disent ce que les milieux islamophobes ont envie d’entendre, il y aurait de quoi sourire… Si ce n’est que ce petit jeu de la caricature n’amène jamais rien de bon.

        Et pour ce qui est des musulmans qui se convertissent au christianisme, je vous invite à revoir ma réponse ci-dessus : https://dialogueabraham.wordpress.com/2011/07/29/vieux-marche-tradis-cardinal-et-heurts/#comment-236

      • JEAN permalink
        25 août 2011 4:19

        Certains ici, comme vous même visiblement, voudraient décider de qui est « spécialiste » ou non….Curieuse conception de la « liberté de parole » !
        Mais on connait cette réthorique afin de mieux faire à la « liberté » pour mieux controler la parole. Les « questions disputées » et les controverses philosophiques et théologiques du moyen-age étaient souvent plus libres que vos débats pré-fabriqués….Quel progrès !

        Toujours est-il qu’il y a des gens, chrétiens ou non d’ailleurs, qui ont des titres universitaires ou qui ont une connaissance personnelle pratique et théorique de l’islam. Ils sont historiens, théologiens, philosophes, ethnologues ou simples particuliers. Ils sont bien connus de ceux qui s’intéressent au sujet mais bizarrement très peu du grand public ….Pour la période contemporaine on peut citer Alfred-Louis de Prémare , E. Gilson(en tant qu’historien et philisophe) , Sylvain Gougenheim , R.Grousset, J.Heers , E.Marie Gallez(docteur en théologie), A.Marie Delcambre(agrégée d’Arabe classique, docteur en droit….)….liste non exhaustive. Il y a aussi des orientalistes, des islamophiles(beaucoup de « spiritualistes » gnostiques), des islamolâtres(qui vont de l’extrême gauche à l’extrême droite) et des critiques de l’islam (d’où qu’ils viennent) et notamment des chrétiens cohérents avec l’histoire et leur foi.
        Il est évident qu’un soi-disant dialogue inter-religieux idéologique préfère l’ignorance et de gentils pseudo-débats pour le « bon peuple ».

        L’utilisation du terme islamaphobe , qui ne veut rien dire, est un coup bas fréquemment utilisé faute d’arguments pour faire taire toutes critiques.
        Cette pauvre « réthorique » est aussi utilisée par les prosélytes musulmans ….et leurs soutiens. C’est un peu court….et insuffisant.

        Ah oui , c’était Mgr Padovese l’êvèque assassiné en Turquie, que l’on se souvienne de son nom !

  6. 25 août 2011 4:35

    Comprenons-nous bien : ma remarque sur les « spécialistes » ne pouvait pas vous concerner directement, puisque vous ne m’aviez pas donné vos références. Elle pointait simplement les faux spécialistes actuellement à la mode dans certains milieux tels G. Pagès, J-B Casterman…

    Vos références sont tout de même plus sérieuses, nous en avons même en commun (A-L de Prémare). J’en ai d’ailleurs également une que vous ne citez pas, alors qu’ils devraient vous plaire, étant ouvertement islamophobes (car oui, c’est un terme qui a un sens…) : les époux Urvoy. Deux personnes qui savent cependant faire la part des choses entre leur opinion et la nécessaire rigueur de tout travail universitaire. Deux personnes qui n’ont rien de ces faux « spécialistes » auto-proclamés…

    Bon, Delcambre, Gougenheim, c’est déjà plus léger, et Gallez limite fantaisiste. Mais on peut aussi à la rigueur leur donner ce qualificatif de « spécialiste » que tant d’autres usurpent.

    Vous m’accusez de décider qui est spécialiste ou non ? Il n’en est rien. En ancien étudiant, je reconnais les titres universitaires, et la qualité des publications afférentes. Par contre, vous semblez sortir de ce cadre en accordant un joker à ceux qui revendiqueraient « une connaissance personnelle pratique et théorique de l’Islam ». A ce compte là, moi aussi, je pourrais me revendiquer « spécialiste »… Ce que je ne me permettrai pourtant pas.

    Ah ! Et un « détail »… Contrairement à vos préjugés , je n’ai jamais oublié Mgr Padovese.

  7. 11 avril 2012 7:06

    Voici enfin le compte-rendu (biaisé, mais hélas, nous n’avons pas d’enregistrement pour le montrer) du MJCF :

    « Le dimanche 24 juillet se déroule le 57e pèlerinage islamo-chrétien : messe suivie de la lecture de la sourate 18, avec cette année la présence de Mgr Barbarin, Cardinal-Primat des Gaules… Quelques animateurs et deux permanents du local se déplacent pour l’occasion. au programme vente de Savoir et Servir et chapelet de réparation dans la chapelle des Sept Saint d’Ephèse. Lors de la conférence, nous demandons à Monseigneur ce qu’il faut répondre à un ami musulman qui reproche à l’Eglise de n’être pas cohérente car « le Pape ne veut pas convertir les juifs ». Il nous explique que les juifs sont sauvés car ils sont du peuple élu, et que nous, catholiques, nous pouvons accéder à ce peuple élu par le baptême. Son Eminence doit remarquer qu’en essayant de juistifier cette hérésie, il dit aux musulmans présents qu’ils ne peuvent être sauvés sans baptême ! Nous renchérissons : « Monseigneur, nous ne comprenons pas, St Paul a essayé de convertir les juifs avant de devenir l’apôtre des Gentils ». Le cardinal finit par s’énerver, et nous demande poliment de sortir en disant qu’il ne comprend pas ce que nous venons faire ici… Un progressiste, indigné par notre démarche non-oecuménique, relaie sa demande au nom de la… fraternité universelle »

    http://www.laportelatine.org/district/jeunes/militant/mjcf/LABautomne2011mjcf.pdf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :