Skip to content

Urine et crucifix

13 avril 2011

J’ai déjà parlé sur ce blog de profanations, et d’une exposition fermée par la justice
Voilà que je reviens aujourd’hui avec une autre exposition.
« Une profanation » nous dit ce blog orthodoxe.
« Offensant et dégradant », selon ce blog protestant.
Et les catholiques ? Nous y viendrons.

L’exposition, tout d’abord. « Je crois aux miracles » (sic) a ouvert le 12 décembre 2010 et doit se tenir jusqu’au 8 mai 2011. L’affiche de cette exposition est une photo qui fit scandale aux Etats-Unis en 1989 : « Piss Christ », un crucifix en plastique plongé dans bocal d’urine.

L’affiche a donc plusieurs mois… Mais c’est seulement maintenant que le scandale éclate ?

En voulant m’informer, je suis évidemment allé consulter le communiqué de l’archevêque d’Avignon, Mgr Cattenoz : « Comment est-il possible de déposer un crucifix dans un verre, de « pisser sur le Christ en croix » jusqu’à remplir le verre, prendre un cliché du résultat et déclarer qu’il s’agit d’une œuvre d’art ? Pour moi, évêque, comme pour tout chrétien et tout croyant, il s’agit là d’une provocation, d’une profanation qui nous atteint au cœur même de notre foi ! (…) Une profanation qui, à la veille du vendredi saint où nous ferons mémoire du Christ qui a donné sa vie pour nous en mourant sur la Croix, nous touche au plus profond de notre cœur (…) Des comportements qui nous blessent au cœur de notre foi et plus encore en ce temps de la Passion »

Ce communiqué, en date du 8 avril, rappelle une réalité moins médiatisée que le jeûne de Ramadan : les catholiques, en Carême, s’apprêtent à entrer dans la Semaine Sainte, et feront mémoire, dès dimanche prochain, jour des Rameaux, de la Passion du Christ. On peut comprendre que la photo touche une corde sensible…

Quant à mon lecteur qui ne comprendrait pas ce que mon allusion islamique vient faire ici, qu’il sache que mon esprit fut aiguillé par d’autres passages de ce communiqué : « Y aurait-il parfois deux poids et deux mesures ? Si un cliché représentant un Coran trempé dans l’urine d’un photographe était affiché aux yeux de tous comme une œuvre d’art, la réaction des autorités locales, de l’Etat, serait immédiate pour dénoncer une telle atteinte à la foi de nos frères musulmans. Il serait demandé à la justice de condamner les auteurs de tels comportements, et je serais le premier à m’associer à leur réaction pour dénoncer ce qui serait une profanation grave, un scandale touchant la foi de ces croyants. Comment et pourquoi les autorités de l’État restent-elles sans réagir devant l’affichage d’un Christ trempant dans de l’urine ? Devant un tel scandale, je me dois d’alerter publiquement les autorités de mon pays qui se targuent de défendre une laïcité positive et qui par ailleurs tolèrent une fois de plus l’affichage de photos qui portent gravement atteinte à la foi des chrétiens. Une fois encore, dans le cas d’atteinte à notre foi chrétienne, le silence reste la règle de la part des autorités »

L’hypothèse évoquée par Mgr Cattenoz va être illustrée 4 jours plus tard, puisque ce lundi, trois mois de prison avec sursis et mille euros d’amende viennent d’être requis par le parquet de Strasbourg à l’encontre d’un homme qui avait diffusé sur internet une vidéo où il brûle le Coran et urine dessus.

Mais est-ce vraiment ce communiqué qui a déclenché la levée de boucliers contre cette photo ?

En creusant davantage, je suis remonté jusqu’à un appel lancé par la revue Civitas 6 jours avant. Et même si je ne connais rien de cette revue, le titre de l’article commence à préciser les choses : « Piss Christ, une profanation officielle UMP/PS/LVMH dans l’ancienne cité des papes ! »  …Des années de discours Front National, et de toutes récentes élections cantonales, font du rapprochement « UMPS » une marque de fabrique parfaitement reconnaissable. Et quand un article de Libération brocarde « les pisse-vinaigre contre Piss Christ » en qualifiant Civitas « d’ultra-catholiques proches de l’extrême droite », ou quand une autre source déclare que  « l’archevêque Cattenoz est ici connu pour ses sympathies affirmées pour l’extrême-droite », je ne peux balayer ces affirmations d’un revers de la main.

Surtout quand je lis que le communiqué de Mgr Cattenoz a été relayé le jour même sur un blog qui annonce que « forte de cette réplique sans ambigüité de Mgr Jean-Pierre Cattenoz, l’AGRIF portera la semaine prochaine l’affaire devant la justice »… Ce que l’on peur vérifier sur le site de cette association en lisant leur communiqué… qui ne manque pas de préciser : « Nul doute que les juges s’inspireront de l’affaire de Strasbourg dans laquelle le Parquet a requis trois mois de prison avec sursis et 1.000 euros d’amende à l’encontre d’un homme poursuivi pour provocation à la discrimination, après avoir brûlé un exemplaire du Coran et uriné sur le livre »

Nous reviendrons sur cette comparaison ; mais tentons auparavant d’en savoir plus sur cette photo qui a bientôt un quart de siècle…

Selon le directeur de la collection Lambert, Eric Mézil, dont on peut lire les propos dans une dépêche de l’AFP, « il faut reprendre le contexte d’une oeuvre qui a été faite en 1987 au moment du sida aux Etats-Unis et qui reprenait une thématique un peu médiévale de ce que l’on appelait les humeurs du corps, le sang, la sueur, l’urine, les larmes ». Pour la « thématique médiévale », j’avoue ne pas trop savoir à quoi l’on fait référence, mais pour ce qui est des humeurs, l’obsession d’Andres Serrano pour les fluides corporels n’est plus à prouver.

Mais Eric Mézil s’est-il, de son côté, soucié du contexte lorsque l’affiche de cette rétrospective a été choisie ? Ce n’est pas la première fois que la collection Lambert expose la photo en France, mais c’est la première fois qu’elle y fait un tel scandale. On ne me fera pas croire que cette réaction n’a pas été recherchée par les organisateurs… Si Andres Serrano pouvait avoir le bénéfice du doute en déclarant avoir été « un peu naïf » et ne pas s’être attendu « à de telles réactions » (les réactions en question allant de la protestation contre le financement public de la première exposition de « Piss Christ » en 1989 à sa vandalisation lors d’une exposition en 1997), il en va tout autrement aujourd’hui. L’action de l’AGRIF ne leur suffisant pas, certains ont déjà lancé un appel aux « patriotes et catholiques avignonnais à réfléchir à une action plus musclée » (re-sic)

Parmi les actions menées, notons au passage celle des schismatiques de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X, qui a annoncé, le jour même de ce fameux communiqué de Mgr Cattenoz, une « prière de réparation publique » pour le lendemain… Que l’on m’excuse d’en revenir à l’Islam, mais notons tout de même au passage que ceux qui revendiquent une égalité de traitement avec les musulmans en matière de profanation sont également ceux qui protestent contre les prières musulmanes en pleine rue.

Mais revenons à cette photo… La veille du communiqué de Mgr Cattenoz, un article titre « Deux évêques ont soutenu Piss Christ » ; voilà qui mérite une petite recherche !

Cet article pointe un livre paru en 2002, « L’Eglise et l’art d’avant-garde, de la provocation au dialogue » ; livre où un article de Protestantisme et Image voit « des relations artificiellement établies » qui révèleraient surtout « le décalage existant entre l’Eglise et cette création d’avant-garde ». Un autre article, sur Liberté Politique, m’apprends que les évêques ayant participé à ce livre font partie d’un groupe de travail de la Conférence des Evêques de France répondant au nom d’Arts-Cultures-Foi,  dont l’une des initiatives pour expérimenter le dialogue avec les « artistes d’aujourd’hui » est un site ouvert aux commentaires, sur lequel nous retrouvons une exposition virtuelle, La Chair et Dieu, qui présente en effet des productions d’Andres Serrano.

« Piss Christ » n’en fait pas partie,  mais ces photos de cadavres me ramènent encore une fois à cette autre exposition dont je parlais au début de cet article : Our Body. Quand Arts-Culture-Foi parle de dialoguer avec « les artistes d’aujourd’hui », cette expression accorde visiblement une grande place à cette « Avant-garde » qui pour moi dégage de forts relents de Guerre Froide et de capitalisme néolibéral… Les évêques de France se sont décidément lancé dans une entreprise difficile et hasardeuse, entre les frustrations inhérentes au dialogue lui-même et les attaques des opposants à ce type d’initiative !

Artisan du dialogue islamo-chrétien, je reconnais ici des traits familiers ; les participants de notre forum  retrouveront sans doute également certains aspects des polémiques autour du Hellfest.

Mais pour l’heure, je retiens surtout la perte de repères à laquelle nous a mené une provocation systématique revendiquée comme démarche artistique, l’instrumentalisation de cette provocation à des fins mercantiles, la différence de réaction des pouvoirs publics selon la religion visée, la récupération de cette attitude par les courants xénophobes… Et je pense à « lui qui, dans son propre corps, a porté nos péchés sur le bois, afin que, morts à nos péchés, nous vivions pour la justice » (1 Pi II, 24). Je pense à la première lecture de dimanche prochain, dimanche des Rameaux :

J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe.
Je n’ai pas protégé mon visage des outrages et des crachats
(Is L, 6)

Si ce « Piss Christ » est une épine sur la couronne du crucifié, que dire de la façon dont cette épine est mise au services d’intérêts partisans divers et variés ? Combien d’épines empoisonnées ajoutons-nous, empoisonnées car portant en elles la promesse de conflits futurs ? Certains veulent défendre « l’honneur du Christ » ; mais être chrétien, ce n’est pas avoir un honneur à défendre, c’est plutôt avoir un bonheur à partager ! « Peut-être faudrait-il rappeler que la croix où meurt le Fils de Dieu est déjà un blasphème » dit ce blogueur avec qui je ne peux qu’être d’accord. Oui, chrétiens, redécouvrons que « nous prêchons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les païens » (1 Cor I, 23) et retrouvons l’essentiel du témoignage chrétien : montrer par nos vies que « pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs, il est Christ, puissance de Dieu et sagesse de Dieu » (1 Cor I, 24)

par Ren’

Publicités
17 commentaires leave one →
  1. elkana permalink
    13 avril 2011 7:05

    « une autre source déclare que  « l’archevêque Cattenoz est ici connu pour ses sympathies affirmées pour l’extrême-droite », je ne peux balayer ces affirmations d’un revers de la main. »

    Cher Ren
    Je trouve votre article intéressant et bien documenté, mais je suis déçu par cette phrase que vous rapportez. Pensez-vous vraiment que Mgr Cattenoz soit d’extrême-droite? Pensez-vous vraiment qu’il soit contre la liberté religieuse et contre l’accueil de nos frères immigrés?
    Avez-vous lu «L’esprit d’Avignon», surtout les commentaires du blogueur? Pensez-vous vraiment que ce blog ait pour valeur l’honnêteté intellectuelle? Avez-vous lu Témoignage Chrétien, et Golias? Y voyez-vous l’esprit d’amour? Pensez-vous que ces 3 sources soient crédibles? Je ne vois pas dans ces journaux la même honnêteté intellectuelle que je vois chez vous. N’est ce pas plutôt «la fin justifie les moyens»? Où est le fascisme?
    N’y a-t-il pas un fascisme de la pensée à traiter de fasciste toutes les personnes qui ont une pensée différente de la majorité.
    Cette accusation «extrême-droite» est-elle étayée par des faits précis et vérifiables? Mgr Cattenoz doit-il refuser tout contact et dialogue avec les personnes suspectées d’être d’«extrème-droite»?
    Kenavo ar wech all
    Elkana

    • 13 avril 2011 7:31

      Demat !
      Est-ce que pour moi Mgr Cattenoz est vraiment d’extrême-droite ? Je ne le connais pas, c’est la première fois que je le lisais, je n’irais donc pas jusque-là. D’autant plus que j’ai les mêmes réserves que vous pour Golias (pour Témoignage Chrétien, je n’ai pas d’avis, puisque je n’en ai jamais rien lu).

      Mais la protestation actuelle contre « Piss Christ », elle, est à mes yeux incontestablement connectée aux réseaux d’extrême-droite. Les sources de mon article le montre, et elles ne sont certainement pas exhaustives.

      Voilà pourquoi j’ai tenu à écrire cette phrase dont j’ai pesé le moindre mot : la façon dont la protestation de Mgr Cattenoz est intriquée dans le buzz monté par ces réseaux m’interdit, en l’absence d’informations complémentaires, de balayer l’accusation lancée contre lui comme le fait cet article : http://www.lepost.fr/article/2011/04/12/2463354_l-affaire-piss-christ-remettons-les-choses-a-leur-place.html

      Mais je ne peux non plus exclure que Mgr Cattenoz ait lui aussi été instrumentalisé dans l’affaire, tout comme le sont les réseaux orthodoxes ou protestants qui relaient la campagne de protestation sans se poser de question sur son origine.

      Etre partisan du dialogue comme je le suis ne signifie pas refuser de protester ; car la protestation, quand elle est intelligente, fait partie du dialogue véritable. Cependant, comme je le disais il y a 6 mois dans mon article sur les profanations, je ne peux accepter que ces protestations soient instrumentalisées par des personnes pour qui le christianisme n’est qu’un marqueur identitaire permettant de rejeter l’autre.

  2. 13 avril 2011 8:30

    Ren’, le blog de l’oratoire que tu cites parmi ceux qui protestent, n’est pas habitué à de telles appels à polémiques, et l’intervenant qui a écrit l’article fait effectivement partie des plus extrêmes d’entre eux.

    Je ne peux que m’associer à Eric Georges, blogueur de « Miettes de théo », et à toi lorsque tu cites la théologie de la croix de Paul (1 Corinthiens 1, 18-25).

  3. elkana permalink
    13 avril 2011 8:59

    « Etre partisan du dialogue comme je le suis ne signifie pas refuser de protester; car la protestation, quand elle est intelligente, fait partie du dialogue véritable. »

    Ne peut-on pas appliquer cette conception au communiqué de protestation de Mgr Cattenoz dans la situation de cette exposition dans son diocèse. Je pense aussi que devant les multiples réactions de ses diocésains, et pas seulement des personnes d’extrême-droite, il a dû professer son amour du Christ afin qu’un silence ne soit pas interprété pour de l’indifférence. Par contre, je n’ai pas vu de sa part un soutien à la manifestation.

    Ce qui me désole, c’est qu’il y ait des catholiques qui adhèrent à l’extrême-droite alors que celle-ci refuse la liberté religieuse, et tout dialogue inter-religieux. Ces catholiques sont un contre-témoignage de l’amour du Christ et ils divisent l’Eglise. Ce n’est pas de la colère que je ressens contre eux mais de la déception.
    Noz vad.

  4. 16 avril 2011 8:52

    Puisque nous évoquions Témoignage Chrétien, en voici un article sur notre sujet : http://www.temoignagechretien.fr/ARTICLES/Chroniques/Piss-Christ-la-meprise/Default-6-2559.xhtml

  5. Roque permalink
    17 avril 2011 8:07

    Ce qui me surprend c’est cette volonté de toucher le sentiment relgieux, « là où ça fait mal ». Cet « artiste » photographe n’a-t-il rien d’autre à faire ? Ou bien est-ce sin cerveau ou son émotion en surchauffe qui le pousse à cette forme d’expression ?

    Ce qui me surprend et m’intéresse encore plus derrière ce genre de phénomène – quand même marginal – c’est la volonté sous un forme ou une autre d’insulter Dieu. Curieuse jouissance !

    Par ailleurs que cet incident fasse l’objet d’une récupération politique pour faire un effet de pression sur la société (genre retour à la « chrétienté »), l’opinion ne serait pas surprenant. Il y aura toujours et heureusement des catholiques qui ne se plieront pas à ce genre de « manip ».

  6. 17 avril 2011 5:22

    L’appel fasciste que j’évoquais dans mon article semble avoir été entendu : http://dialogueabraham.forum-pro.fr/t160-blog-piss-christ#3295

  7. 17 avril 2011 8:03

    a liberté d’expression a bon dos ! les ignorants qui parlent de crucifix et de pédophilie devrait se cultiver un peu et se souvenir de leurs racines et surtout de celles de leur pères. levez vos oeillères frères aveugles. il ne faut pas chercher longtemps pour s’apercevoir que les chrétiens sont depuis trés longtemps les citoyens les plus persécutés au monde. ils ont été patients jusqu’à présents, non ? Mais la liberté d’expression ne semble être valable que pour eux, à quand l’image d’un iman dans l’urine ou un rabbit bafoué ? Là on peut chercher!

    • 18 avril 2011 5:13

      Tout d’abord, mes excuses pour le retard à publier votre commentaire : il avait été, je ne sais pourquoi, automatiquement filtré par WordPress. Entre-temps, il y a eu la destruction dont la photo de Serrano a été l’objet… qui a conduit à une plus grande médiatisation du cliché, et à la honte pour les catholiques.

  8. 19 avril 2011 11:03

    Concernant l’accusation d’intégrisme faite à l’archevêque d’Avignon. Difficile à dire. On reçoit pas mal d’infos contradictoires. Il s’avère qu’il lui est reproché d’avoir creusé un déficit abyssal dans les comptes de son évêché, précisément pour avoir trop soutenu financièrement des communautés catholiques étrangères.

    Ce qui est certain, c’est que Mgr Cattenoz est du genre militant. En revanche, j’ai lu il y a quelques jours une entrevue qu’il a accordé dans laquelle il fait part de ses délires à propos d’un complot franc-maçonnique. Je suppose que chacun a sa part d’ombre et de lumière. Le faire toutefois passer pour un intégriste sans apporter d’arguments à son assertion est un procédé malhonnête devant lequel n’ont pas reculé nombre de journalistes.

  9. 23 avril 2011 4:24

    C’est un peu confus à la première lecture, l’impression première qui se dégage étant que tout ce qui proteste explicitement contre le cliché serait fasciste, l’évêque se trouvant lui-même d’emblée accusé à coups de sous-entendus.

    L’autre idée qui semble sous-tendre l’article serait que le dialogue est toujours bon à prendre et à préférer avec tout le monde et n’importe qui, en toute occasion, …sauf ce qui se retrouve estampillé « extrême-droite », ou au moins vaguement suspecté d’avoir peut-être des sympathies, ou en tout cas de n’avoir pas suffisamment de rejet explicite de la « peste brune ».
    Idée qui, si elle est bien celle de l’auteur et n’est pas une simple impression due à une lecture trop rapide, serait paradoxale : soit on est partisan du dialogue, soit on est partisan tout court.

    (soit dit en passant, si je ne me trompe pas, l’AGRIF est cette association fondée par Bernard Antony : on peut ne pas partager ni soutenir sa démarche, mais, pour l’avoir déjà croisé et entendu, j’ajoute qu’on ne peut pas non plus décrire ce monsieur comme un xénophobe fasciste et borné. Sauf si vous avez d’autres sources…)

    Nombres d’articles dans la même veine ont fleuri ici et là sur internet (certains d’ailleurs sous des plumes que j’apprécie et estime), sur ce même thème : ceux qui protestent sont des idiots utiles, ils ne se rendent pas compte, naïfs qu’ils sont, qu’ils servent ainsi l’intention soit de l' »artiste » soit de l’exposant, en attirant l’attention sur « l’œuvre » et en nourrissant la rumeur.

    Mais, si on pousse un peu plus loin cette réflexion : écrire des pages et des pages d’articles pour analyser l’œuvre en question, les réactions qu’elle suscite, pour juger et condamner les protestations, les réactions, pour dire et redire ce qu’il aurait fallu faire ou ne pas faire, ou ce qu’il faudrait refaire…
    …est-ce que ça ne participe pas, là aussi, du « buzz », est-ce que ça ne contribue pas là aussi à focaliser, au moins momentanément, son attention sur le provocateur, à attirer et fixer l’attention d’autrui, à maintenir le sujet au centre de l’attention et de l’actualité ?
    (surtout sur internet, par la multiplication des articles porteurs des mots-clés correspondant).

    Tout cela n’est-il pas finalement une autre façon de tomber dans le panneau et de répondre à la provocation ?

    • 23 avril 2011 7:37

      Demat, bonjour !

      Si mon article vous semble un rien confus, c’est de toute façon tout l’intérêt d’un blog que de permettre d’éclaircir les choses dans les commentaires… Quant à Mgr Cattenoz, la confusion n’est malheureusement pas mienne : https://dialogueabraham.wordpress.com/2011/04/13/urine-et-crucifix/#comment-201

      Quant aux protestations, je redis encore une fois que ce n’est pas le fait de protester qui pose en soi problème, mais le fait que la campagne initiale de protestation contre cette photo a été lancée et soutenue par l’extrême-droite (tout comme l’acte de vandalisme qui a eu lieu 5 jours après mon article…). Ce qui fait qu’on ne peut plus désormais protester contre ce cliché en espérant être entendu…

      Pour ce qui est du dialogue, je peux vous garantir que lorsqu’il m’arrive de parler avec des personnes de cette extrême-droite qui considère ma famille comme un ennemi naturel (ma femme est musulmane), ce n’est pas moi qui coupe court à la conversation. Je reconnais cependant en savoir bien peu sur l’AGRIF -je découvrais cette association au moment de la rédaction de mon article- aussi pourrons nous en rediscuter si vous le souhaitez.

      Fallait-il ou non, enfin, écrire sur « Piss Christ » ? J’ai hésité -l’affaire n’avait alors pas encore pris la tournure actuelle, la vandalisation n’avait pas encore eu lieu- puis choisi de le faire compte tenu de ce que mes recherches m’avait montré : cette implication de l’extrême-droite qui m’a poussé à m’exprimer pour ne pas leur laisser prétendre à un monopole sur le catholicisme.

  10. 24 avril 2011 9:07

    Disons que « extrême droite » est un terme sans doute aussi délicat à utiliser que « croisade » (et sans doute à peu près tout aussi souvent improprement employé, notamment chez nous où tout ce qui touche au fascisme nazi est associé à « l’extrême droite » alors qu’on pourrait tout autant y voir de l’extrême gauche !)

    Par exemple, pas grand-chose à voir, concernant le rapport aux valeurs chrétiennes, entre un Bernard Antony ou une Marine Le Pen. Pourtant, c’est tout classé « extrême droite ». Méfions nous des classifications communes trop faciles à reprendre, prêtes à l’emploi… mais en général très peu adaptées et représentant plutôt un frein à la réflexion et à la compréhension.

    • 25 avril 2011 8:48

      On peut toujours s’interroger sur la pertinence des étiquettes… Mais difficile de relativiser des choses telles que « Attribution du grand prix AGRIF 2011 de l’Allahicité » (sic). Ne vous en déplaise, la différence que vous voudriez faire entre Marine Le Pen et Bernard Antony ne saute décidément pas aux yeux. A une association qui revendique la défense de « l’identité (…) chrétienne » tout en évacuant ce dernier terme de son acronyme -ce que je trouve symboliquement très représentatif (re-sic)- je préfère l’Eglise universelle. Si certains aiment revendiquer d’être « né chrétien », je n’ambitionne, pour ma part, qu’à le devenir chaque jour davantage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :