Skip to content

L’invasion des profanateurs…

21 novembre 2010

Non, je n’ai pas décidé de me spécialiser dans la critique de films que je n’ai pas vus. Et cet article ne vous parlera donc pas de ces deux films américains dont je ne sais rien, sinon que le deuxième est sorti l’année de ma naissance…
…Ah, si ! Grand lecteur de SF, j’ai un vague souvenir du livre qui a inspiré ces films.

Je ne vais donc pas parler de cinéma, mais d’une triste réalité française : l’augmentation des profanations de sépultures ou de lieux de culte. Et ce n’est pas le fait d’avoir, en communion avec l’Eglise catholique, prié pour les défunts au début de ce mois qui m’amène à traiter de ce sujet, mais un récent échange épistolaire entre un représentant de l’Europe et un membre du gouvernement français.

Le 8 octobre dernier, le commissaire européen aux Droits de l’Homme interpellait le ministre français de l’Intérieur, B. Hortefeux, au sujet de 4 profanations contre des « cimetières juifs ou musulmans ». Evoquant une intervention du ministre à l’Assemblée Nationale recensant 387 profanations -toutes religions confondues- entre janvier et juillet 2010, il poursuit par cette affirmation : « Ces dégradations de stèles sont la plupart du temps associées à des inscriptions antisémites ou islamophobe ». Une telle affirmation laisse entendre que la majorité de ces 387 profanations sont « antisémites ou islamophobe »… Un point de vue que l’on retrouve amplement relayé sur internet.

Ainsi ce site musulman qui affirme : « Ce dimanche 25 avril, tandis que la ville d’Istres découvrait avec horreur que la mosquée Ar-Rahma («La Miséricorde») avait été mitraillée d’une trentaine de balles dans la nuit du samedi au dimanche, la ville de Tarascon célébrait (…) une cérémonie au carré militaire du cimetière Saint-Lazare (…) C’était sans compter la vague islamophobe qui allait se déverser (…) Comme toujours, le CFCM «appelle les pouvoirs publics à mobiliser tous les services concernés afin que les auteurs de cette profanation soient identifiés au plus vite et que leurs actes soient traités avec la sévérité qui s’impose». Un appel que les musulmans souhaitent enfin être entendu mais qui les laisse pour le moins dubitatifs, tant la liste des profanations de tombes musulmanes ne cesse de s’allonger »

L’Union des Etudiants Juifs de France écrivait de son côté il y a peu son indignation face à « la profanation d’une vingtaine de tombes de personnes de confession juive du cimetière de Wolfisheim (…) Après la profanation de tombes du cimetière juif de Cronenbourg en janvier dernier, puis celui de la Robertsa, où plusieurs tombes musulmanes étaient retrouvées profanées le 29 juin, la région d’Alsace connait pour la troisième fois depuis le début de l’année, de tels actes de haine. L’UEJF demande la mise en place d’un travail en profondeur de lutte contre le racisme dans la région d’Alsace »

Dernier exemple, cet article de Rue89 datant de 2008 qui, déjà, reliait ces profanations à un racisme de grande ampleur : « Récemment, le président de la République a eu le mérite d’appeler les choses par leur nom, en qualifiant d’acte «islamophobe» la profanation des tombes musulmanes d’un cimetière militaire du Pas-de-Calais. Cette qualification des faits, qui contraste heureusement avec le refus, trop courant en France, de considérer l’islamophobie comme une notion recouvrant une réalité, est la bienvenue. Reste que la République a encore du travail à accomplir, afin de vraiment admettre, et l’ampleur du phénomène, et son contenu »

Mais revenons à notre échange épistolaire. Penchons-nous maintenant sur la réponse de B. Hortefeux, le 2 novembre dernier. Cette réponse signale qu’à la date du 30 septembre, on recense déjà 485 profanations. Elle en donne également la répartition précise, ce que ne faisait pas la lettre que nous évoquions plus haut. Et voilà que nous découvrons qu’il y a en réalité 410 profanations contre les chrétiens (179 cimetières et 231 lieux de culte), 40 contre les musulmans (6 cimetières et 34 lieux de culte) et 35 contre les juifs (9 cimetières et 26 lieux de culte)… B. Hortefeux avait déjà été interpellé il y a quelques mois par un député de sa majorité, L. Guédon, qui avait attiré son attention sur le bilan 2008 : 266 atteintes aux sites chrétiens, 13 atteintes aux sites musulmans, 6 atteintes aux sites juifs. Des chiffres que je n’ai pu vérifier indiquent par ailleurs 164 profanations en 2007 (151 contre les chrétiens, 8 contre les musulmans et 5 contre les juifs) et 226 en 2009 (216 contre les chrétiens, 6 contre les musulmans et 4 contre les juifs). Voilà qui éclaire le sujet d’un jour nouveau…

L. Guédon avait ajouté cette remarque : « Si l’on ne peut qu’approuver que chaque dégradation de sites israéliens ou musulmans trouvent un large écho dans la presse, on ne peut que regretter le silence médiatique et institutionnel entourant les si nombreuses dégradations de sites chrétiens ». Des propos qui rejoignent la déclaration de Mgr Dubost, évêque d’Evry, après la profanation de l’église de Morangis en février 2010 : « Je suis heureux de voir avec quel empressement les pouvoirs publics, les politiques, la presse et l’opinion publique se révoltent lorsqu’une mosquée ou une synagogue est attaquée. Je m’en réjouis et je me joins à ceux qui dénoncent de tels délits. Mais cet empressement général rend étourdissant le silence à propos des églises ». De même, Mgr Marc Aillet déclarait le 28 octobre dernier après la profanation de l’église de Saint-Laurent de Billère : « Je ne peux m’empêcher de m’interroger sur la responsabilité morale de certains médias qui entretiennent dans la société française, un climat d’anticatholicisme particulièrement malsain, et passent quasiment sous silence les actes de profanation ou de vandalisme lorsque ceux-ci n’ont pas pour cible nos frères juifs ou musulmans »

Et, de fait, si la gravité des profanations antisémites et islamophobes ne doit pas être niée, on découvre que ces profanations s’inscrivent en réalité dans un contexte français qui ne peut être résumé de façon simpliste à la « montée de l’antisémitisme et de l’islamophobie » ; et que la question des motivations des profanateurs se double d’une question relative à la médiatisation donnée à la condamnation de leurs actes.

Je n’avancerai aucune hypothèse sur ce « deux poids, deux mesures » médiatique, car je ne veux pas tomber dans la philosophie de comptoir. Mais je constate cependant qu’il conduit à deux conséquences qui me semblent particulièrement dangereuses. La première, c’est que de très nombreux juifs et musulmans tiennent un discours qui pointe uniquement un racisme à leur égard (or les chiffres nous révèlent qu’ils ne sont pas les seules cibles). La deuxième, c’est l’exaspération grandissante de chrétiens qui, partant de revendications légitimes à l’image de celle de Mgr Dubost, vont mêler une action constructive visant à recenser et alerter quant aux profanations anti-chrétiennes à la dangereuse tentation du repli identitaire…

Oui, le racisme est l’un des éléments à prendre en compte lorsqu’on se penche sur le sujet des profanations. Mais un premier point ne devrait pas être négligé : l’antisémitisme et l’islamophobie ne sont pas les seules formes de racisme. En février dernier la mosquée de Saint-Etienne était taguée de propos tels que « pas d’arabes ici » ; en octobre, ce sont des déclarations telles que « la croisade pour la Terre sainte Islam » qui viennent « orner » les portes de l’église St-Florent de Strasbourg. En avril, la mosquée d’Istres était mitraillée ; début novembre, c’est l’église St-Jean d’Avignon qui est victime d’une tentative d’incendie criminel… Et passons sur les croix gammées tracées indiféremment sur les tombes, qu’elles soient juives, chrétiennes ou musulmanes !

L’ampleur du problème -et son aggravation- invite à étudier précisément la question. Un premier travail en ce sens a été fait avec le rapport présenté le 11 décembre 2008 par les députés Jean-Frédéric Poisson (Yvelines) et André Flajolet (Pas-de-Calais). Ce texte de 30 pages, exclusivement consacré aux profanations de sépultures, porte un titre qui donne à réfléchir : « Du respect des morts à la mort du respect ? » …Au printemps 2008, l’exposition de cadavres « Our body » avait été présentée à Lyon et Marseille, au mois de février suivant elle fut présentée à Paris avant d’être fermée par décision judiciaire en avril. La question du respect des morts prend une dimension nouvelle, et les profanateurs ne sont pas seulement dans les cimetières…

Mais revenons à ce rapport. Son contenu donne de précieux éléments d’analyse. Il pointe par exemple le fait que « les auteurs de délits dans les cimetières sont dans la très grande majorité des mineurs ou des très jeunes adultes, qui agissent à plusieurs ». Et d’ajouter : « L’ampleur et les causes du phénomène ainsi que l’implication de jeunes dans ces délits, traduisent à nos yeux un déficit de sens dans notre société. Ils montrent que le premier défi à relever pour s’attaquer en profondeur à ces atteintes au respect dû aux morts, est un défi de l’éducation et de la transmission ». Espérons que la mission parlementaire sur la politique de prévention et de lutte contre les profanations, présidée par Claude Bodin (Val d’Oise), et lancée en septembre dernier, fera avancer la question.

Mais tout n’est pas du ressort des politiques. Ni du judiciaire. C’est un effort commun qui doit être fourni. Sans quoi nous serons contraint d’assister à un phénomène s’auto-alimentant, la rancoeur poussant au désir de revanche, la haine s’ajoutant à la haine… Juifs, chrétiens et musulmans ne devraient-ils pas éviter de s’enfermer dans la victimisation, et travailler à redonner le sens du sacré à une société dont le tissu est détruit par le matérialisme mercantile ?

Ne refuse pas de faire du bien à qui en a besoin quand tu peux le faire (…)
Ne jalouse pas le violent et n’adopte aucun de ses procédés.

(Pr III, 27.31)

…Ne laissez pas la haine pour un peuple (…) vous inciter à transgresser.
Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes oeuvres et de la piété…

(Coran V, 2)

En parlant de l’instinct mercantile… Gunther von Hagens, inventeur du concept copié par « Our Body », est désormais passé à la vitesse supérieure puisqu’il propose à la vente en ligne des corps plastinés.
Finalement, je crois que je préférais la SF des années 50.
Et la lutte de Miles Bennell et Becky Driscoll contre les cosses extra-terrestres.

par Ren’

Publicités
6 commentaires leave one →
  1. Ahouva permalink
    22 novembre 2010 11:57

    Je ne te cache pas que j’étais impatiente de lire ton article à propos des profanations et je ne suis nullement déçue car je sais que l’égalité de traitement pour les différentes communautés te tient tout particulièrement à cœur. En tout cas, je te remercie de nous partager ce thème on ne peut plus d’actualité.

    Le silence des médias quant aux profanations de cimetières et de lieux de culte chrétiens est assez interpelant car, même en mettant de côté l’aspect antichrétien de ces actes, c’est une attaque contre le patrimoine artistique et historique de la France. Et il n’est pas compliqué de remarquer que la préservation et la sauvegarde du patrimoine national tendent à devenir de plus en plus importantes depuis la Seconde Guerre mondiale. De ce point de vue, ce silence s’enfonce dans un illogisme quant aux tendances actuelles des politiques.

    Néanmoins, je reste d’avis que la médiatisation des actes commis envers des sites juifs et musulmans n’est rien d’autre qu’un énième produit du traumatisme causé par la Shoah. Comme si la France tâchait de montrer ainsi que jamais de telles discriminations et exterminations n’auront lieu sur son territoire qui serait, dès lors, un havre de paix multiconfession et multiculturel. Et, du coup, les chrétiens passeraient gentiment aux oubliettes puisqu’ils font partie de la mère patrie. Si ça, ce n’est pas de la philosophie de comptoir :)

  2. 22 novembre 2010 1:49

    Ta réaction sur ce sujet -le lien que tu fais avec le traumatisme de la Shoah- vient me conforter dans la conviction que ce blog -dont l’initiative revient à Akhi même s’il ne s’y est toujours pas exprimé- est un projet qui peut vraiment nous apporter à chacun. Car ma petite « philosophie de comptoir » personnelle voyait plutôt dans cette divergence de traitement médiatico-politique un énième fruit de l’anticléricalisme de la République, anticléricalisme qui historiquement est assimilable à de l’anticatholicisme…

    Comme toujours, la réalité est un ensemble complexe dont nous ne percevons chacun qu’une facette, et je découvre grâce à toi un autre angle d’approche, qui vient enrichir ma vision de ce problème. Mersi braz !

    • Ahouva permalink
      22 novembre 2010 2:58

      Je partage totalement ton sentiment et c’est sans doute ce que j’apprécie le plus dans ma participation à ce projet, à savoir compléter ma compréhension d’un phénomène donné par celles de personnes aux croyances et vécus différents des miens.

      Et bien que j’aie une certaine connaissance de l’anticléricalisme dont souffre la République française, à travers les derniers reproches envers Nicolas Sarkozy lors de sa rencontre avec Benoît XVI notamment, c’était un plaisir – si j’ose dire – de mieux me rendre compte de cette réalité on ne peut plus contemporaine.

  3. 23 novembre 2010 8:00

    Je partage l’avis d’Ahouva sur la position de la France vis à vis de ses communautés. A vouloir parfois trop bien faire, cela se fait malheureusement au détriment de la « communauté » locale qui peut se sentir delaisser.

    Je ne suis pas un connaisseur de l’Histoire et sa relation avec les relations mais je pense que il existe un lien et que c’est une cause de cette situation.

    • 23 novembre 2010 11:25

      Voici un extrait d’un commentaire sur un autre sujet, qui nous donne cependant un éclairage renforçant votre avis, tout en l’élargissant à « l’Occident » dans son ensemble : « Ce qu’il faut arriver à faire comprendre autour de nous, c’est qu’avant d’être des chrétiens, ces martyrs sont des humains comme les autres: être chrétiens ne doit pas leur conférer un statut spécial, ni plus ni moins avantageux. Or le réflexe semble-t-il de l’Occident est de se dire que ces hommes et femmes, parce qu’ils appartiennent à la communauté chrétienne (coupable selon eux de grands crimes au cours de l’Histoire) sont coupables au moins par héritage » ( http://www.nystagmus.me/article-9404-54274784-comments.html#comment65343245 )

Trackbacks

  1. Après deux mois d’existence… « Dialogue-Abraham

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :